A LA UNEActualitésEconomieSociété

Fake News : Akilee Va Traîner En Justice Les Diffuseurs De Fausses Nouvelles

AKILEE SA fait depuis plusieurs mois l’objet d’une vaste campagne de calomnie, de désinformation et de dénigrement sur fond de faux scandale autour du contrat la liant à Senelec SA.
En effet, certains organes de presse ont décidé de manquer à toute déontologie en diffusant régulièrement de fausses informations sur ce dossier, prétendant éclairer l’opinion avec des contre-vérités, sans jamais prendre la peine de contacter les responsables d’AKILEE SA pour recueillir leur avis. Nous comprenons que cela est fait à dessein, et que l’objectif premier n’est pas d’informer les Sénégalais mais plutôt de défendre certains intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général.
Ainsi, constatant la prise de conscience généralisée en cours au sein de l’opinion publique, notamment du fait de l’acharnement sur fond de contre-vérités toutes plus décevantes les unes que les autres, certains organes de presse sont allés chercher un dossier qui n’a aucun rapport avec le contrat avec Senelec visant à déployer un système de comptage intelligent pour, devant l’échec de toutes les tentatives de diabolisation jusqu’ici entreprises, ouvrir un nouveau front. En effet, dans un article diffamatoire publié dans son édition datée du lundi 15 juin 2020, CONFIDENTIEL LA LETTRE QUOTIDIENNE indique à ses abonnés qu’AKILEE aurait été condamnée à payer 60 millions de francs à une startup française dénommée WATTGO, par une ordonnance du 5 juin 2020 qui aurait été rendue par le tribunal de commerce de Dakar.
Si AKILEE reconnaît l’existence d’une relation commerciale, entamée en septembre 2019 (bien après sa création et ses offres de services qui ont commencé en 2014), avec la société française WATTGO, elle conteste formellement l’existence de toute créance exigible, et précise :
– que cette relation commerciale portait sur l’acquisition des droits de propriété intellectuelle d’un algorithme de décomposition de courbes de charge (appelé NILM dans l’industrie des solutions énergétiques) pour lequel WATTGO, qui est en cours de redressement judiciaire (cf. www.procedurecollective.fr/fr/redressement-judiciaire/1394319/wattgo.aspx), n’a pas su remplir les conditions de garantie du paiement soit par une caution bancaire (que, selon elle, les banques lui auraient refusée), soit par une Lettre de Crédit dont AKILEE a exigé que le terme soit défini par la démonstration effective de la performance de l’algorithme de décomposition de consommations ; proposition que WATTGO a refusée alors même qu’elle vante les mérites de son logiciel et que les premiers tests ont été non concluants ;
– que cette acquisition était envisagée pour une intégration, qui n’a pas eu lieu, dans la plateforme de supervision de consommation déjà développée par AKILEE ;
– que ces relations commerciales sont soumises au seul droit français (choix de WATTGO) ;
– qu’en cas de différend, seul un tribunal de commerce français peut être saisi ;
– qu’elle n’a à ce jour connaissance d’aucune action contentieuse recevable, a fortiori au Sénégal.
Les allégations de CONFIDENTIEL LA LETTRE QUOTIDIENNE sont donc dénuées de tout fondement, et ne reposent sur aucun travail de journaliste, le contradictoire ne nous ayant jamais été proposé. La reprise du contenu de cet article par plusieurs éditeurs de contenu, dont Dakaractu, Dakarmatin et Sen360, constitue un moyen de diffusion publique au sens des dispositions de l’article 248 du code pénal sénégalais.
Ces reprises, et inventions pour ce qui est de Dakarmatin, sont exclusivement destinées à porter atteinte à la considération d’AKILEE et de la personne de son dirigeant.
AKILEE est profondément attachée à la liberté de la presse, qui honore notre démocratie. Mais elle n’accepte cependant pas que, sous couvert de journalisme, des individus se livrent à une campagne délictuelle de diffamations, d’injures et de calomnies.
C’est pourquoi AKILEE a mandaté ses avocats pour réserver à ces publications les suites judiciaires adaptées, notamment sur le fondement du code pénal sénégalais.
Enfin, nous souhaitons porter à la connaissance de tout le peuple Sénégalais qu’AKILEE SA, est une société fondée par des Sénégalais, dirigée par des Sénégalais et toujours au service des Sénégalais. Elle développe au Sénégal, par elle-même, grâce au génie collectif Sénégalais, des solutions logicielles inédites. Parallèlement, à l’image de toutes les entreprises ambitieuses et innovantes, AKILEE se donne le droit d’utiliser tous les moyens qui lui permettent de réaliser ses objectifs. Ainsi, lorsque des opportunités d’acquisition de briques logicielles se présentent et que celles-ci, sous réserve de démonstration de leur performance (ce qui n’a pas été le cas de WATTGO), entrent dans le schéma directeur de développement de ses solutions, AKILEE se donne le droit de les acquérir pour accélérer son développement. Il convient alors de préciser que cela n’enlève en rien le génie des ingénieurs d’AKILEE qui devront faire les efforts d’appropriation, d’adaptation et d’évolution futures requis. L’acquisition d’actifs externes pour accélérer sa croissance fait partie des options stratégiques dont dispose toute entreprise, et les plus grandes entreprises au monde ont recours à ces options. AKILEE devrait faire la fierté du Sénégal et des Sénégalais en démontrant sa capacité à traiter avec des partenaires de tous horizons pour enrichir ses outils et technologies. Nous savons le peuple Sénégalais épris de justice et cet acharnement contre les enfants de leur propre nation ne saura ni prospérer, ni les laisser indifférents. Nous travaillons pour l’émergence du Sénégal ; notre énergie et notre génie ne peuvent être consacrés à la parole mais plutôt aux actes.
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 + 15 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer